BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 30 Juillet 2015
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/9/2012 11:25:49 AM ]  APANEWS

Congo - Societe

Un ancien ministre congolais inculpé dans les explosions d’armes de guerre à Mpila

L’ancien ministre à la Défense nationale, Charles Zacharie Bowao, a reconnu qu’il a été inculpé pour ‘’maladresse, imprudence, inattention et négligence’’ après avoir été entendu par le doyen des juges d'instruction Oko-Ngakala, dans le cadre de l'enquête sur les explosions du 4 mars à Mpila.


''Le juge d’instruction de +l’Affaire du 04 mars+ me convoque ce jeudi 04 octobre 2012 à 09 heures, (ce qui est son droit), me fait traîner pendant une heure debout dans les couloirs du plais de la justice (ce qui est tout simplement inacceptable), me reçoit en présence constante du procureur de la République près le Tribunal de Grande instance(TGI) de Brazzaville, pour me signifier : +mon inculpation pour maladresse, imprudence, inattention et négligence, ayant causé les évènement du 04 mars et occasionné de morts, des blessures et des dégâts matériels importants+’’, indique le ministre dans une correspondance au secrétariat général du Parti congolais du Travail (PCT) rendue publique mardi à Brazzaville.

''L’inculpation dont je suis l’objet est proprement illégale, ne serait-ce que parce que, conformément au droit positif, un citoyen ne peut être poursuivi à titre personnel, au plan pénal, pour faute commise si faute il y a, pendant l’exercice d’une fonction gouvernementale, la responsabilité dans ce cas d’espèce étant morale et collective’’, souligne Zacharie Bowao dans sa correspondance au PCT qui date du 07 octobre 2012.

''En m’inculpant de façon aussi stupide que calvaire, ajoute-t-il le juge d’instruction me met-il en situation de me délier de l’obligation de réserve consécutive aux dossiers sensibles traités, inévitablement, par un ministre de la défense agissant par délégation expresse du président d la République ?’’.

Zacharie Bowao qui qualifie cette inculpation de ‘’machination politicienne contre sa modeste personne’’, ajoute qu’’’une telle inculpation devrait concerner toute la chaîne de commandement militaire, voire ceux qui avaient la responsabilité de financement et de construction des dépôts de munitions, des magasins d’armes et des nouvelles casernes, conformément à la déclaration du Président de la République du 04 mars 2012’’.

''Je me défendrais en commençant par récuser le juge d’instruction qui est politiquement instrumentalisé, je me défendrais contre toute machination politicienne, et contre une justice injuste qui tend machiavéliquement à faire passer les innocents pour coupables et inversement, à faire des coupables pour des innocents’’, conclut l’ancien ministre congolais de la Défense dans sa correspondance

Les explosions d'un dépôt de munitions au camp des blindés à Mpila, avaient causé officiellement près de 282 morts, 2 300 blessés et quelque 17 000 sans abri.

Membre du bureau politique du Parti congolais du travail (PCT), parti de la majorité, Charles Zacharie Bowao est professeur titulaire de philosophie à l'Université Marien-Ngouabi.

Il a été successivement secrétaire général du gouvernement, ministre à la présidence chargé de la Solidarité et de l'Action humanitaire, puis jusqu'au 25 septembre dernier, ministre à la présidence chargé de la Défense nationale.

Vingt-six personnes sont incarcérées à la Maison d'arrêt central de Brazzaville au sujet de cette affaire, parmi lesquelles 23 trois militaires et 3 civils dont une femme.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CONGO
Le Parti au pouvoir tient au référendum et à l’élection présidentielle de 2016 Le Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT au pouvoir), Pierre N’Gollo, a estimé que les Congolais devaient aller au référendum, après le consensus qui s'est dégagé lors du dialogue national inclusif qui s’est tenu du 13 au 17 juillet dernier à Sibiti, chef-lieu du département de la Lékoumou.
L'opposition lance un dialogue national alternatif Les forces politiques et sociales congolaises opposées au changement de la Constitution de 2002 ont entamé dimanche un dialogue national alternatif à Brazzaville, avec la participation de plusieurs dizaines de délégués venus principalement des partis d'opposition ainsi que des formations politiques dissidentes de la majorité présidentielle.
La classe politique toujours divisée sur le changement de la Constitution Les forces vives de la République du Congo réunies du 13 au 17 juillet à Sibiti, sud du Congo, pour tenter de s'entendre sur la question de "faire évoluer ou pas les institutions du pays", ne sont pas parvenues au consensus recherché.
Le Congo obtient un prêt de 137 millions d'euros pour des projets dans les secteurs de l'énergie et de l'aménagement Le gouvernement français vient d'accorder un prêt de 137 millions d'euros destinés aux secteurs de l'énergie et de l'aménagement urbain en République du Congo, a constaté Xinhua.
Début de dialogue national initié par le président Sassou N'Guesso Le dialogue national sans exclusif a commencé ses travaux lundi à Sibiti, à environ 350 km au sud-ouest de Brazzaville, avec la participation de près de 450 délégués des partis politiques et associations, des confessions religieuses, de la société civile, des institutions de la République.
L'opposition pose plusieurs préalables pour sa participation au dialogue L'opposition congolaise pose plusieurs préalables pour sa participation au dialogue national sans exclusif, annoncé par le président Dénis Sassou Nguesso lors de son adresse à la nation le 30 juin dernier et destiné à débattre de la réforme des institutions politiques nationales et de la gouvernance électorale.
Le président Sassou N'Guesso invite les Congolais au dialogue Le président congolais Denis Sassou N'Guesso a invité jeudi tous les acteurs politiques et sociaux congolais à prendre part au dialogue qui s'ouvre prochainement, en vue de débattre de l'avenir du pays.
Revue de presse congolaise du 9 juillet Voici les informations les plus importantes dans les journaux congolais parus jeudi :
La sécurité et la démocratie en Afrique au coeur des discussions entre les présidents français et congolais Le président français François Hollande et son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, ont évoqué au cours d'un long entretien ce mardi 7 juillet à l'Elysée, des questions de sécurité et de l'approfondissement de la démocratie en Afrique.
Sassou N'Guesso convoque un dialogue sans exclusive Le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, a annoncé mardi à Brazzaville la tenue d'un dialogue national sans exclusive, sans préalable et sans apriori dans le pays, au mois de juillet.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous